Pages arrachées – Bret Easton ELLIS, Zombies (The Informers)

Ou la preuve par l’exemple.  J’ai déjà fait ici le résumé de ce que je pouvais bien avoir à dire sur Bret Easton Ellis, admiration, agacement, jalousie vaguement. Raison pour laquelle je ne fais pas une chronique complète de Zombies, découvert il y a 15 ans, relu cet été en VO, d’autant que je constate…

Share Button

Bret Easton ELLIS, Moins que zéro – Suite(s) Impériale(s)

Je poursuis donc mon entreprise de rameuter le chaland à base de superstars du domaine (si vous saviez le bond qu’ont fait mes stats après la parution de l’article précédent…).  En plus sérieux, cette fois, avec un auteur que je suis avec plus ou moins de bonheur, depuis de nombreuses années. Point de délirante originalité…

Share Button